DELAUNAY, L’INVENTION DU POP

Il faut toujours applaudir ceux qui prennent la tangente et ouvrent le territoire de l’histoire de l’art à d’autres disciplines. C’est notamment le cas de Pascal Rousseau qui nous présente Robert Delaunay (1885-1941), que l’on a trop souvent cantonné dans le domaine de la décoration, sous un angle particulièrement stimulant. On était loin d’imaginer cette figure majeure de l’abstraction sous les traits d’un précurseur du pop art. Ce mouvement qui s’empara des Etats-Unis et de l’Europe au cours des années 60. Un Andy Warhol, avant la lettre, avec quelque cinquante ans d’avance. Voilà la thèse du livre. Bien entendu l’argument ne saurait se réduire à des questions de dates. Non, l’ambition de l’ouvrage dépasse très largement le champ de ces pinaillages. L’auteur, à partir de l’Équipe de Cardiff, une toile monumentale exposée par le peintre français, en 1913, au Salon des indépendants, analyse les différentes strates de la culture visuelle qui traversent l’œuvre. Car si Delaunay fut un pionnier de l’art abstrait, il a toujours voulu étendre le champ pictural aux arts appliqués. À ce point, la démonstration devient passionnante car elle s’appuie sur une iconographie qui, de la carte postale aux magazines illustrés sans oublier l’affiche et la communication publicitaire, montre que l’œuvre de Delaunay allie en permanence le réel à la réalité du tableau. L’Équipe de Cardiff, brassant les références, associe les joueurs du football-rugby de l’époque à la Grande Roue, aux panneaux-réclames, et au biplan qui tourne autour de la tour Eiffel. Rien ici ne s’apparente au refus de l’illusion mimétique réclamée par les partisans absolus de l’abstraction. Les champions de l’Équipe de Cardiff incarnent la nouveauté d’un sport au même titre que la naissance de l’aviation et l’innovation architecturale. En refusant le divorce entre figuration et abstraction, Delaunay conjugue allègrement les deux termes opposés. Affirmant ainsi sans retenue, la nécessaire attractivité de sa peinture qui intègre, dans son mouvement, toutes les manifestations d’un art qu’on s’obstine à qualifier de populaire.

©BR, RDDM, mars 2020

Robert Delaunay, l’invention du pop, Pascal Rousseau, Hazan, 336 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s